GEDSET

Gestion durable des sédiments transfrontaliers

Le projet INTERREG IV GeDSeT (2008-2012) vise à développer un outil d’aide à la décision pour le choix de modes de gestion des sédiments de curage et à alimenter cet outil grâce aux résultats d’actions de recherches et au recueil de données auprès des acteurs du domaine. Mené en étroite collaboration avec les gestionnaires des cours d’eau wallons et français, le projet met en œuvre les compétences dans le domaine des sédiments, des membres du GIS 3SP : École des Mines de Douai, ISSeP, BRGM, CTP et INERIS. Trois thèses de doctorat sont adossées au projet. 

 L’outil est conçu à partir des retours d‘expériences d’acteurs et experts de la gestion des sédiments français et wallons et de la bibliographie internationale. Les opportunités et contraintes de gestion des deux cotés de la frontière ont été analysées ; l’analyse multicritères de scénarios de gestion de sédiments est en cours de développement à partir des conséquences et effets des choix techniques au regard des enjeux du développement durable. Ainsi, quatre critères environnementaux et deux critères sociétaux spécifiques au domaine de la gestion des sédiments ont-ils été retenus auxquels s’ajouteront des critères économiques et de fiabilité des choix de gestion. 

 Cinq actions de recherche couplant des approches terrain et laboratoires sont développées. Elles portent sur (1) l’amélioration de la caractérisation des sédiments en place (mise en œuvre d’outils sur sites), le transfert des polluants à partir des matrices sédimentaires vers la colonne d’eau des canaux (2) ou à partir de sites de dépôts de sédiments curés (3), les modes de traitement des sédiments par des techniques minéralurgiques ou autres techniques émergentes (4) et des essais de phytostabilisation (5). Différentes opérations de grande ampleur ont été menées en 2009 et 2010 sur les canaux en collaboration entre les 5 partenaires scientifiques du projet et les gestionnaires des voies d’eau wallons et français : prélèvement de gros volumes de sédiments, suivi d’une opération de curage, monitoring de sites de dépôt et centre de regroupement technique de sédiments de curage. Ces travaux ont permis de tester des méthodologies de caractérisation et de suivi du milieu et d’acquérir des connaissances sur l’impact environnemental de plusieurs étapes de la gestion des sédiments. Ils mettent à jour également des contraintes pratiques de gestion transfrontalière rencontrées par les gestionnaires.

Les professionnels du secteur (entreprises, chercheurs, administrations) sont sensibilisés à travers la présentation du projet dans des groupes de travail (workshop Nicole, GT dangerosité des sédiments, Cluster déchets) des rencontres scientifiques et techniques, (réunion SIM GMB, Wascon, Ramoge, journées nationales sur la gestion terrestre des sédiments de dragage portuaires et fluviaux), rencontres directes et salon professionnel transfrontalier (Environord). La diffusion grand public est assurée à travers les manifestations, formations, et publications des partenaires. Un premier colloque dédié au projet a été organisé à Mons en mai 2010.

 

Contact: Agnès Laboudigue, Mines de Douai